mercredi 24 octobre 2012

Une Saison En Refuge



UNE SAISON EN REFUGE
DE
 LAURENCE FLEURY



Journaliste, rédactrice et photographe, Laurence Fleury parcourt le monde pour rencontrer les gens et rendre compte de leur vie. Elle se passionne pour la vie en montagne et certainement cherche à la vivre de biens différentes manières.
Ici elle nous livre son expérience de gardienne de refuge dans les Pyrénées. Elle ne nomme ni le lieu ni les gens avec lesquels elle travaille. Son récit fourmille d’anecdotes et nous apprend beaucoup sur le réel travail de gardiens de refuge ainsi que sur les randonneurs, alpinistes qui fréquentent ces lieux.
Pratiquant aussi la montagne dans les Pyrénées, j’ai de suite identifié le refuge en question pour l’avoir côtoyé deux weekends (après le passage de Laurence). Comme elle nous le dépeint, les paysages alentours sont saisissant par leur côté minéral, les panoramas sur les autres massifs et aussi sa situation dominée par un sommet toujours très convoité.
A chaque page j’ai dû rire, mais fut  aussi triste d’apprendre que beaucoup de pratiquants de la montagne n’ont aucun respect pour l’environnement surtout à l’intérieur des refuges et aux alentours. Beaucoup t manifestent un savoir-vivre très approximatif envers les gardiens et de leur réel travail qui pour nous se couchent très tard et se lèvent très tôt pour nous confectionner à manger, pressés de partir effectuer notre course.
Par ailleurs, elle nous fait partager la visite surprise pendant sa saison au refuge d'un grand guide surnommé l'Indien, avec sa longue chevelure couleur neige dans laquelle il aime y piquer des plumes ramassées pendant ses courses. Il lui propose de l'accompagner pendant une journée pour effectuer une ascension dont elle rêve et nous livre avec générosité et simplicité ce moment. Jean Louis Lechêne lui livre certainement bien des secrets sur les lieux, l'histoire du pyrénéisme...
Comme beaucoup de randonneurs et débutant dans la pratique de la montagne nous avons  des anecdotes croustillantes des rencontres en chemin, en cabanes, gîtes et refuges gardés ou non gardés, mais là  en cette seule expérience de gardien de refuge ce livre regorge d’anecdotes humoristiques bien écrites. Je l’ai commencé à 23 heures et l’ai terminé à 1h30 du matin. Je n’ai pas pu le lâcher !  

  Céline B.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire