vendredi 17 août 2012

La Clé de L'Abîme


LA CLÉ DE L’ABIME
DE JOSE CARLOS SOMOZA

Œuvre futuriste qui ravira tous les fans du genre. Le héros Daniel Keane, employé subalterne dans un train en Allemagne va se retrouver propulsé dans une aventure où la foi, l’origine de la vie et de la civilisation seront remises en question. Dans ce train il devient otage d’une espèce de terroriste qui détiendrait la clé pour détruire Dieu. Ainsi ce terroriste aurait délivré un message dans le subconscient du héros qui sera alors traqué par différents protagonistes pour découvrir ce « secret ».
Au fil des pages nous découvrons l’univers du héros, son identité, et ce monde futuriste dans lequel il vit : ainsi nous découvrons qu’il est un être de conception et que ces semblables peuvent être pourvus des deux sexes. Par ailleurs les femmes ne donnent plus la lumière à leurs enfants mais choisissent leur enfant de  « conception ». Pour cette nouvelle civilisation, le fait qu’une femme pouvait donner la vie est une légende. Ce nouveau monde qui nous est décrit ne se serait pas construit en corrélation avec les grands écrits religieux de notre civilisation, tel que la Bible, Le Coran, etc… mais grâce à une autre « bible » composé de chapitres. Notre héros qui veut aussi découvrir cette clé va côtoyer des croyants de cette bible et en particulier à un chapitre bien spécifique.

Somoza s’est largement inspiré de l’œuvre de Lovecraft sans pour autant le citer dans le roman ce qui ne gêne pas le lecteur néophyte dans le genre. L’idée de ce roman lui est venue en écrivant Daphné Disparu, dans lequel il évoque l’idée du monde qui aurait évolué non pas au côté de La Bible mais en s’appuyant sur les Contes de Milles et Une Nuits  
Ici les mythes  de Cthulu sont exploités et les protagonistes ont construits leur identité, développé leurs compétences selon le chapitre auquel ils croient.

Le héros va nous embarquer dans un roman d’aventure à a Jules Vernes dans des décors bien spécifiques où les rebondissements sont nombreux et où les remises en question sur notre propre civilisation et la religion foisonnent.


  Céline B.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire