mardi 23 avril 2013

Le mystère de Sator et de la langue magique



SATOR

L'ÉNIGME DU CARRE MAGIQUE



ALAIN LE NINEZE
Alain Le Ninèze, agrégé de Lettres Classiques s’intéresse beaucoup aux grands courants des sagesses de l’Antiquité gréco-latine et s’en inspire dans ses romans historiques.
Construit de manière originale, Alain le Ninèze jette un nouveau regard sur l’énigmatique carré magique, Sator où déjà des historiens se sont essayés de résoudre le sens de ces mots. Pour ce faire, l’auteur reprend le début de ‘apparition de ce carré magique sous l’empire de Néron.
 Il se sert de deux protagonistes qui vont mener l’enquête : Lucius Albinus, procurateur de la province de Judée trente ans après Ponce Pilate et son oncle Balbus Pison, sénateur romain. L’oncle lui confie la délicate mission de déchiffrer ce fameux cryptogramme. L’enquête va les ramener au moment de la crucifixion de Jésus et à la recherche des témoins. 
Ainsi, ce roman historique est construit à partir de la correspondance de l’oncle qui se convertit entre temps et tente de faire tomber Néron le tyran sanguinaire et les témoignages des personnes pouvant les amener à élucider le mystère du carré magique.
A travers ce roman, nous plongeons dans la Palestine qui se déchire entre les juifs et les romains venus envahir Jérusalem. Rome est détruit par l’incendie et des convertis cherchent à le tuer. Les apôtres tel Paul continue à prêcher la bonne parole dans l’espoir de construire une nouvelle église.
En s’appuyant sur les textes antiques et des évangiles, l’auteur nous entraine dans ces révoltes et l’énigme de ce cryptogramme qui a perduré jusqu’au vingtième siècle. Pour élucider ce mystère, il faut s’aider des écritures magiques ou langue magique qui sont des formes d’écritures archaïques utilisées dans la langue étrusque, grecque, latine, hébraïque etc…  
 Ce qui est bien mystérieux c’est aussi la découverte de ce cryptogramme gravé dans plusieurs pays européens et ce fait devint une trouvaille archéologique chrétienne qui souleva des interrogations.

Bonne lecture !


  Céline B.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire